couv_numero_8-boutique

Numéro neuvième : Eurêka !

7,00

Avec la version papier, vous avez d’office accès à la version numérique.

En stock

Catégorie :

Description du produit

ETHERVAL 9 : L’invention révolutionnaire

« Eurêka ! »

(J’ai trouvé !)

Sortie : fin 2016

etherval_eureka_cover

Notre sélection regroupe huit auteurs pour notre version papier, auxquels viennent s’ajouter deux auteurs pour la version numérique.

  • “Deux pour un” de Marlène Charine
  • “Entropie” de Julie Limoges
  • “Le Voyageur insouciant” de Stéphane Lesaffre
  • “Le Parcheminateur” d’Ambre Melifol
  • “L’Homme malade” de Thierry Faivre
  • “Faux semblants” d’Aurélie Genêt et David Loy
  • “Une cote d’enfer” d’Audrey Aragnou

et en supplément numérique :

  • “Itinérance sanitaire” de Cedric Lemaire
  • “La camera obscura” d’Emilie Querbalec

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une invention révolutionnaire ? Déjà votre esprit pense « science-fiction » et récite la liste de ces auteurs qui évoquent les technologies de demain et l’impact qu’elles auront sur nos vies. N’est-ce pas balayer trop vite les textes de fantasy et de fantastique qui peuvent mettre en exergue un tournant de notre histoire lié à une trouvaille géniale ou aux terribles conséquences ? Dans quels cerveaux va germer ce brin de folie et d’inattendu ? Pour quels usages ? Au risque de quelles dérives ?

Même le plus paresseux des adulescents peut trouver d’ingénieuses applications à un duplicateur. (« Deux pour un », de Marlène Charine)
Maintenant que les plus riches peuvent s’offrir de nouveaux corps et toiser l’immortalité, pourquoi se suicident-ils ? (« Entropie », Julie Limoges)
Une petite escapade dans le passé risque d’avoir des conséquences inattendues quand on est un « Voyageur insouciant ». (Stéphane Lesaffre)
Quand un scribe de monastère invente un « Parcheminateur » qui permet de multiplier les textes sacrés, quelle tournure risque de prendre la foi dans un monde matérialiste ? (Ambre Mélifol)
À l’aube d’une ère où les véhicules vont devenir antigravitationnels et où la maladie n’existe plus, être un « Homme Malade » suffit-il à atteindre la célébrité ? (Thierry Faivre)
Être immobile et voyager en même temps, ce paradoxe est un concept étonnant, mais ne faut-il pas dépasser les « Faux Semblants » pour découvrir les solutions pour demain ? (Aurélie Genêt et David Loy)
En pleine révolution industrielle, quand son invention géniale n’intéresse personne, peut-être vaudrait-il mieux créer des lentilles magiques pour redonner de la couleur à son désespoir ? (« Camera obscura », Émilie Querbalec)
En sortant de prison, peut-on se faire au changement des mœurs, maintenant que les bonnes gens sont fières de l’« itinéraire sanitaire » offerte par leurs Smartpoos de luxe ? (Cédric Lemaire)
Dieu a le blues depuis que sa popularité décroit en ces années 60, une idée géniale devrait lui offrir « Une cote d’Enfer » ! Il faut absolument que le Diable assiste à l’avant-première ! (Audrey Aragnou)

À ces nouvelles se rajoutent les festives missives d’Etherval, une interview de Regis Goddyns et de son épouse Isabelle, ainsi qu’une évocation de ses savants fous que nous adorons. Bonne lecture !

Deux pour un, Marlène Charine

illudeuxpourunUne heure plus tard, le duplicateur de Lucas trône au milieu de mon salon. Grâce à lui, j’ai pu boire deux bières – et leur goût m’a semblé parfaitement identique – et faire passer ma fortune en liquide de 62 à 124 euros. La machine refuse en effet de copier un objet déjà dupliqué, ou une réplique. Dans les deux cas, les voyants virent au rouge et le bip émet une note rageuse. Pas grave. Demain, je placerai la somme fraîchement acquise sur mon compte, adresserai un sourire à ma charmante banquière, puis j’irai retirer le maximum au distributeur. Je pourrais donc théoriquement dépenser cinq billets verts par jour. Elle est pas belle, la vie ?

Quentin préfère les jeux vidéo et sa tranquillité au travail aux carences affectives de sa petite amie. Comment aurait-il pu résister à faire main basse sur un duplicateur ?

Entropie, Julie Limoges

illuentropieDire qu’Elliot devait aujourd’hui rencontrer une légende… À quelques kilomètres vers le nord, dans la direction où filait l’avenue suspendue à dix kilomètres du sol, se dressait la tour Zhongli. L’archiconnu et pourtant mystérieux Han Zhongli y vivait, reclus dans les milliers de mètres carrés que la municipalité lui cédait gracieusement. Ce scientifique avait, il y a vingt ans, transcendé le destin de l’humanité en mettant au point un prototype révolutionnaire : le Caladrius. Un gros piaf mécanique exploité depuis par le conglomérat Clearsky et capable d’atteindre ce que les anciens avaient appelé de bien des noms durant les siècles passés.
L’immortalité.

L’inspecteur Atkins aurait dû mourir à soixante ans s’il n’avait pas obtenu un nouveau corps de transfert. Or, un par un, les ressuscités de cette première vague sont retrouvés suicidés. Pourquoi ?

Le Voyageur insouciant, Stéphane Lesaffre

illuvoyageurinsouciantPour tromper son appréhension, Isabelle réfléchit une nouvelle fois à la manière dont elle voulait se servir de son invention. Elle ne cherchait pas à influer sur le cours du temps, elle souhaitait simplement observer les événements et apporter aujourd’hui des réponses à des mystères d’hier. De la couleur de la peau des dinosaures aux raisons de la chute de la civilisation mycénienne, de l’assassinat du président Kennedy à – elle en frissonnait rien que d’y penser – la résurrection de Jésus-Christ, que d’avancées extraordinaires dans la compréhension de l’Histoire se trouvaient à portée de sa main !

Lorsqu’on mélange plaisir et travail et qu’on était en charge de la première mission de tous les temps de retour dans le passé, ne risque-t-on pas d’impacter le présent ?

Le Parcheminateur, Ambre Melifol

illuparcheminateurFrère Alban remonta le mécanisme avec application. Il vérifia que les engrenages fonctionnaient, que la prise en main favorisait une meilleure stabilité, que tout s’enchaînait. C’était le cas. Le moine s’assura de la position des parchemins sur la table. Sous sa paume, une douce chaleur émanait de l’appareil. Il l’avait voulu souple, agréable au toucher. À première vue, la plume ressemblait à n’importe quelle autre. On ne découvrait les fines armatures de métal et le minuscule boîtier de commande qu’en s’approchant. Frère Alban appuya sur un bouton, puis le suivant. Les rouages s’enclenchèrent. Cette fois, peut-être…

Un jeune scribe tente de mettre au point une méthode pour reproduire des parchemins en un temps et nombre record, mais que se passerait-il si son parcheminateur magique était utilisé à mauvais escient ?

L’Homme malade, Thierry Faivre

illuhommemaladeMe voilà bien ! Le médicopréventif est infoutu de me dire ce que j’ai, et il va me falloir attendre encore un jour avant d’être fixé sur mon sort. C’est bien ma veine ! Ah, elle est belle la médecine moderne ! Incapable de prévenir l’apparition d’un ennui de santé. Pourquoi ne cesse-t-on alors de répéter depuis trente ans que l’Humanité a vaincu la maladie ? De qui se moque-t-on ? Je suis sans doute un cas unique. La belle affaire ! Qui est-ce qui va crever comme un malade du vingtième siècle ?

Comment, en faisant ses contrôles de santé régulier, peut-on développer une énorme boule dans le cou ? Plus qu’un unique hôpital sur une Terre sans maladie pour consulter le patient, et l’exposition d’un véhicule antigravitationnel à proximité…

Faux Semblant, Aurélie Genêt et David Loy

illufauxsemblants Mes chers confrères, certains d’entre vous mènent d’ailleurs des recherches à ce sujet et, toujours, ce mouvement vous échappe. Un bref rappel pour ceux qui maîtriseraient mal la question. Le mouvement perpétuel est un mouvement capable de durer indéfiniment dans un système, sans apport extérieur d’énergie ni de matière ou de transformation irréversible de ce système. Depuis des siècles, des chercheurs essaient de le produire, en vain. Aujourd’hui, je vais prouver qu’il n’est pas si difficile à obtenir. Je peux même vous assurer que ce mouvement existe depuis plus longtemps que vous ne l’imaginez. J’ai amené ici de quoi vous le montrer.

Toutes les inventions ne sont pas physiques, certaines tiennent du concept, d’autres de la découverte scientifique et d’autres encore du lien entre des éléments très différents. Parfois, être visionnaire, c’est simplement ne pas s’arrêter aux « Faux semblants ».

La Camera obscura, Emilie Querbalec (nouvelle numérique)

illucameraobscuraUne certaine ironie teintait néanmoins ses réflexions : à défaut de récolter les fruits de ses travaux, se disait-il, les contingences de ce monde lui seraient plus supportables si elles étaient filtrées par des sortes de « lentilles à bonheur ».
Sur le moment, l’idée lui parut si farfelue qu’il l’écarta sans s’y arrêter.

En pleine révolution industrielle, Nicéphore, inventeur du moteur à combustion interne, est démoralisé : son invention n’attire aucun industriel. Au détour d’une promenade emplie de nostalgie, un improbable petit homme lui confie à lentille à bonheur, mais… sous conditions.

Itinérance sanitaire, Cédric Lemaire (nouvelle numérique)

illuitinerancesanitaireJe pénètre dans la rame et prends place sur un siège bien trop large pour qui ne porte pas de toilettes portatives. J’examine mes contemporains. Les courants vestimentaires ont subi un chamboulement d’importance.
Pour la plupart, les hommes portent une culotte bouffante qui dissimule plutôt avantageusement, je dois le concéder, les formes disgracieuses de la grosse couche-culotte.

Avez-vous un smartphone ? Oui ? Et un smartpoo ? Quoi, pas encore ? Mais c’est vivre comme un primitif ou un marginal ! Il est temps de se mettre à la page, et de tirer la chasse sur le passé.

Une cote d’enfer, Audrey Aragnou

illucotedenferAlors que Dieu s’asseyait à peine sur le rebord de son nuage, un autre barbu s’approcha de lui.
— Prends place, Léonard, nous devons tenir un conseil de guerre.
Il tendit le cahier des doléances à l’ingénieur de la Renaissance. Celui-ci le compulsa rapidement, il faut dire qu’au bout de quatre siècles au Paradis, il avait amélioré sa vitesse de lecture. Simultanément, il prenait des notes sous forme de croquis, dans un carnet qu’il transportait toujours sur lui.
— J’ai besoin d’un miracle pour accroître ma cote de popularité.

Dieu a le blues depuis que sa cote de popularité décroit en ces années 60. Une idée géniale devrait relancer l’intérêt des hommes pour lui, il faut absolument que le Diable assiste à l’avant-première !

Étherval, c’est aussi :

  • Une présentation de Diomède Alpha, d’Olivier Deparis, éditions Armada
  • Une interview de Régis et Isabelle Goddyn, par Audrey Aragnou
  • Un article sur les savants fous, par Catherine Loiseau
  • Des pages de détente : quizz et Missives d’Etherval

Les contributeurs du numéro 9 : « Eureka »

Auteurs : Audrey Aragnou, Marlène Charine, Thierry Faivre, Aurélie Genêt, Cédric Lemaire, Julie Limoges, David Loy, Stéphane Lesaffre, Ambre Melifol, Emilie Querbalec
Illustrateurs : Alxperiment, Asthenot, Chap’eau rouge, Czakow, Yanis Cardin, Diorga, Marc Dufosset, Pierre Gonzales, Iwa, Koize, Raccoon, Fog Ryû, Stellie.
Articles : Catherine Loiseau (Le savant fou), l’équipe d’Etherval pour les Missives
Interview de Régis et Isabelle Goddyn par Audrey Aragnou, et d’Oliver Deparis
Poème : Yann Valère
Mise en page : Morrigan (PAO), A.D (papier, epub-mobi)
Correctrice : Rachel Fleurotte

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Numéro neuvième : Eurêka !”