Numéro quatorze : Intestat (Héritage)

3,00

Formats ePub, Mobi et PDF. Sans DRM.

Catégorie :

Description

ETHERVAL 14 : Héritage

« Intestat »

Sortie en avril 2019

Notre sélection regroupe les textes de neuf écrivains :

  • « Un bon gobelin », de Catherine Loiseau
  • « Le Legs du mage-verrier », de Vincent Ferrique
  • « Une vieille demeure indigne », de Régine Philippe
  • « Dessine-moi un poisson », de Charlotte Bona
  • « Le Trésor de Verveine-Rose », de Gaëlle Douguet-Dinhut
  • « À tombeau ouvert », d’Hélène Duc
  • « Cieux », d’Elena Natrochvili
  • « Prédiction », de Caroline Frauli
  • « Les Filles de sève », de Noémie Wiorek

À travers nos vies, nous sommes tous concernés par la notion d’héritage. Qu’il soit celui de nos désirs ou rêves les plus fantastiques, issus de nos aînés ou de notre passé, ou qu’il constitue celui que nous laissons aux générations de demain. Nos neufs écrivains ont décliné ce thème chacun à leur manière : un legs redouté ou ardemment recherché, l’objet de toutes les attentions qui se passerait de se retrouver au centre de la scène, l’héritage culturel ou patrimonial, ces mondes que nous transmettons à nos enfants. Poussez donc la porte de notre office, de la fantasy, du fantastique, de la science-fiction vous attendent, pour vous faire rire, vous mettre mal à l’aise, vous inviter à réfléchir ou vous permettre de passer un bon moment.

« Un bon gobelin » de Catherine Loiseau peut-il hériter d’un artefact magique, lui qui est issu d’une société qui vénère la technologie ?

Quel est le rapport entre ce « Legs du mage-verrier » à l’humanité et un brave collectionneur d’objets du Titanic ? Vincent Ferrique explore les malédictions qui peuvent s’étendre sur plusieurs générations.

Joséphine n’est pas « Une vieille demeure indigne », mais juste une maison bourgeoise qui aspire avec l’âge à un peu de tranquillité. Pas certain qu’elle apprécie la nouvelle occupante que lui impose Régine Philippe.

Avec « Dessine-moi un poisson », Charlotte Bona nous emporte à une époque où l’innocence se confronte à l’héritage d’une terre dont nous sommes, pour l’heure, les seuls responsables.

Qui trouvera « Le Trésor de Verveine-Rose » ? Ce voleur de neveu sans foi ni remords ? Gaëlle Douguet-Dinhut nous offre quelques grammes de légèreté dans le monde d’une brute.

Un retour aux racines attend le héros de « À tombeau ouvert », d’Hélène Duc. Celles de son passé dans la ferme coloniale de sa famille ou celles qu’on utilise dans les rites vaudous ?

Dragons et inquisiteurs se sont affrontés pendant des siècles, et ce même si certains liens se sont noués. Sauront-ils se pardonner sous de nouveaux « Cieux » lorsqu’Elena Natrochvili les amènera à se retrouver ?

Fille et père ne se parlent plus. Via les réseaux, ils gardent un vague contact, mais quelles seront leurs réactions quand les applications de Carole Frauli lanceront leur sombre « Prédiction » ?

L’envoyée des consortiums humains se serait passée de cette mission sur cette planète oubliée où « Les Filles de sève » ont évolué loin de nous. Laissez-vous emporter dans le monde végétal de Noémie Wiorek.

Etherval, c’est également une interview par Didier Reboussin de Jérôme Félix, le scénariste de la BD :L’Héritage du Diable ; un article et quelques questions à J. Robin, l’auteure du roman de fantasy L’Apprentie Faucheuse ; mais aussi, des quizz et un récit interactif « Cœur d’Or » signé Pierre Senfelder. Quant aux éternelles Missives d’Etherval, vous retrouverez leur horoscope dans la version numérique. Alors, l’héritage vous sourira-t-il ?

Un bon gobelin, Catherine Loiseau

Depuis, elfes et gobelins se livraient une guerre larvée, à coups d’accords marchands sabotés, d’espionnage industriel et autres chausse-trappes. Les relations s’étaient d’ailleurs refroidies de plusieurs degrés suite aux jeux de la glace, trois ans auparavant, où les gobelins avaient proprement humilié les elfes en remportant presque toutes les épreuves.

Yorgl s’avança avec circonspection. Assis sur son trône, Kild l’observa d’un air calme. Avec le monarque, cela ne voulait rien dire : ses coups de sang étaient aussi spectaculaires qu’imprévisibles.

D’un geste, Kild désigna l’elfe. Il était vieux, au sens où ses cheveux avaient blanchi et où ses traits lisses commençaient à porter la marque des âges. Son regard froid posé sur lui arracha un frisson à l’ingénieur.

— Voici maître Joran, ce monsieur est notaire et se trouve ici pour la succession de… Ah, comment s’appelle-t-il déjà ?

— Grand maître Aduialon ! corrigea Joran d’un ton irrité.

— Ah oui, c’est cela. Donc, Yorgl, il s’avère que tonton Aduialon est récemment décédé, et qu’il t’appréciait au point de te faire figurer sur son testament.

Le Legs du mage-verrier, Vincent Ferrique

Quelques semaines plus tôt, lorsque le corps avait été découvert, un certain désordre régnait dans la cuisine, où Évariste était tombé en entraînant une desserte chargée de divers objets. Plusieurs litres de sang étaient répandus sur le carrelage. Il présentait une plaie ouverte à l’arrière de la tête, que les gendarmes avaient élucidée simplement : il avait heurté une chaise lors de sa chute. Cette lésion bénigne n’expliquait pas le décès. D’après le légiste, le choc violent qui avait enfoncé sa tempe et son front était la seule cause de la mort.

— C’est une bouteille qui a fracassé le crâne du défunt, continua l’inspecteur. Une bouteille de verre.

— Alors, s’étonna Théo, il s’agit d’un crime ? Qui aurait tué mon oncle ? Même si je le connaissais mal, c’était un monsieur Tout-le-Monde ! Ils formaient, avec ma tante, un couple uni, stable, mais sans fortune ni vie dissolue.

Une vieille demeure indigne, Régine Philippe

Le cliquetis d’une clé dans la serrure, le brouhaha d’une conversation et le battant de la porte qu’on claque. La maison s’extirpe de sa somnolence. Allons bon ! Voilà que ça recommence !

Des pas résonnent dans le corridor, puis des voix. Celle d’un homme d’abord qui dit : « Enquête difficile… succession… » et une autre, haut perchée, une femme sans aucun doute.

La maison soupire, provoquant un courant d’air qui véhicule une forte odeur de renfermé. Elle était si tranquille durant ces semaines, ces mois qui se sont succédé jusqu’à se transformer en des années d’oubli. Peu à peu, elle s’est assoupie, cachée derrière les frondaisons qui, libérées de la cisaille, ont pris leurs aises avec désinvolture.

Dessine-moi un poisson, Charlotte Bona

Un silence inhabituel régnait, rompu uniquement par le léger ronronnement de la climatisation. Symphonie s’éveilla dans une chambre inconnue, plongée dans la pénombre. La mémoire lui revint. Elle n’était plus chez elle à Berlin, mais en vacances en Bretagne.

Près de l’endroit où est né papa, il y a très longtemps.

La joie l’envahit. Aujourd’hui, elle verrait la mer.

Le Trésor de Verveine-Rose, Gaëlle Douguet-Dinhut

Avant que son abruti de frère, puis une foule curieuse et officielle n’envahissent les lieux, Graindorge pourrait profiter d’être le seul à savoir que sa tante est « partie pour les prairies éternelles » – comme ils ne manqueront pas de le chuchoter béatement. La vénérable chaumine craque autour de lui sous les assauts du vent d’automne. Comme un avertissement lugubre. Un avertissement que Graindorge ignore résolument.

À tombeau ouvert, Hélène Duc

Aujourd’hui lundi, je reçois la lettre de Maître Dieudonné, notaire de son état. J’y apprends, à mon grand étonnement, le soudain décès de ma tante Diane. Ma surprise, déjà vive, redouble deux lignes plus bas. Mon frère aîné et mes cousins ayant péri durant la guerre civile, je me retrouve promu héritier en titre de Cedar Hedge, la plantation de coton de notre famille.

Un euphémisme que de dire que je suis stupéfait. Plus qu’inattendu, ce legs se révèle totalement inespéré ! Depuis combien d’années n’ai-je pas revu ma parente ? Trois ans ? Non, à bien y réfléchir, plutôt quatre. Soit depuis ce jour de mai où j’ai abandonné la belle et fortunée Cassilda de Saint-Charles au pied de l’autel pour m’enfuir avec une danseuse de cabaret mulâtresse : Cora, devenue désormais ma femme et la mère de Rose, notre adorable fillette de deux ans.

Cieux, Elena Natrochvili

— Convoqué, reprit-il avec froideur.

— C’est… Oui, drakon. C’est la formulation exacte. Ils portent le blason de…

— Je sais de la part de qui ils viennent, coupa le mâle d’une voix trop basse.

Une seule personne oserait ordonner sa venue, puis manderait une unité pour le réveiller comme un chien que l’on appelle.

Krest.

Toujours aussi arrogant, espèce de lâche. Tu envoies ta petite garde, sans avoir le courage de venir toi-même.

Prédiction, Carole Frauli

Moonelbook à Mila Jojoba – Le 30 juin 2025 : Nous avons l’immense honneur de vous annoncer le décès imminent de votre père, qui devrait survenir d’ici neuf jours. Ce pronostic est basé sur Mooneldeath, notre célèbre algorithme unique au monde. Dans le cas où notre prédiction s’avérerait exacte, Mademoiselle Jojoba, nous ne manquerions pas de reprendre contact avec vous. Nous vous souhaitons tout le courage nécessaire pour affronter cette triste situation.

Recevoir ce type de message sur mon profil public avait vraiment eu l’effet de m’énerver. Premièrement, j’avais paramétré mon compte pour interdire toute publication d’un tiers sur ma page ! Deuxièmement, je venais juste de me lever et je n’avais pas encore bu mon café ! Troisièmement, ma relation entre mon père et moi ne concernait que nous et quatrièmement, leur prédiction à la con, ils savaient où ils pouvaient se la mettre ! Aussitôt, mes deux cent quatorze amis s’empressèrent d’ajouter des commentaires de soutien et de sincères condoléances ainsi que leurs amis, les amis de leurs amis.

Les Filles de sève, Noémie Wiorek

Elles étaient grandes, elles étaient belles, elles étaient fortes, plus que quiconque dans l’Univers. Enfin, l’Univers vu par les yeux de Tianne ; même elle le reconnaissait. Doublement oppressée par les arbres gigantesques et leur présence mouvante, jamais Tianne ne s’était sentie si petite, si ridicule, et l’environnement hostile ne l’aidait guère à prendre de la hauteur sur sa situation.

Celle d’une Envoyée en quête d’un héritage aussi surprenant qu’essentiel.

Autour d’elle, la forêt pulsait sa sève comme un cœur géant, à travers les racines, les troncs, les mousses multicolores. Oppressant, pour ainsi dire, et le propre rythme cardiaque de l’humaine rejetait violemment cette harmonie sourde. Un temps, Tianne pensa que la planète tout entière la haïssait également, et que chaque élément de son écosystème s’acharnait à empêcher sa progression. Possible, cela dit.

Étherval, c’est aussi :

  • Un article BD par Didier Reboussin sur L’Héritage du Diable, de Jérôme Félix (en interview) et de Paul Gastine
  • Le premier roman L’Apprentie faucheuse de J. Robin, interviewée par Andréa Deslacs
  • Des pages de détente :  Quizz et Missives d’Etherval et un récit interractif signé Pierre Senfelder

Les contributeurs du numéro 14 : « Intestat »

Auteurs : Catherine Loiseau, Vincent Ferrique, Régine Philippe, Charlotte Bona, Gaëlle Douguet-Dinhut, Hélène Duc, Elena Natrochvili, Carole Frauli, Noémie Wiorek, Pierre Senfelder
Illustrateurs : Chabart, Aghda, Yanis Cardin, Thierry Clet, Nanet,
Thomas Convers, Jérôme Félix, Marie Charlotte Granié, Koize, Fog Ryû, J. Robin, Take Care, Pixabay
Articles : Didier Reboussin, Andréa Deslacs, Stéphane Lesaffre
Mise en page : Morrigan (PAO), Audrey Aragnou (PAO) A.D (papier, epub-mobi)
Correcteurs : Rachel Fleurotte, Hermine Lefevbre, Stéphane Lesaffre, Edwige Atané

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Numéro quatorze : Intestat (Héritage)”