Numéro dix-huitième : Enigma

8,00

Avec la version papier, vous avez d’office accès à la version numérique.

En stock (peut être commandé)

Catégorie :

Description


ETHERVAL 18 : Enigma

Sortie en avril 2021

Notre sélection regroupe les textes de huit écrivains :

  • Lætitia Beau, pour « Elémentaire, mon cher Poulpson ! »
  • Agathe Tournois, pour « Double don »
  • Julie Limoges, pour « Le Cas Percy Robert »
  • Hélèna Kent, pour « Colombe et les  fleurs de lave »
  • Andréa Deslacs, pour « Le Pince sans rire »
  • Jonathan Myriel, pour « Les Pétrophages d’Arabesque »
  • Jonathan Grandin, pour « Un Criminologue presque parfait »
  • En exclusivité numérique : Manu Breysse, pour « Le Fadet, l’Icorne et l’œuf d’or »

  • Avez-vous remarqué dans les librairies la grande proximité des rayons de science-fiction fantasy fantastique et des policiers ? Les deux sont considérés comme des œuvres de « mauvais genre », mais les polars, avec le temps, ont conquis un lectorat plus nombreux et accueillant. Si bien qu’ils ont perdu leur réputation de littérature de gare, bien aidés par de grands écrivains et un vaste panel d’ambiance, de suspense et de points de vue. Or, ces policiers, ces détectives, ces enquêteurs de tout poil se retrouvent souvent aussi au cœur des intrigues de SFFF. Nous vous invitons dans ce numéro à plonger, au travers de nos énigmes et nos intrigues, dans des univers singuliers à la recherche d’une vérité, d’un coupable ou d’un mystère. À vos loupes et à vos banques de données ADN !
  • Ainsi, Lætitia Beau nous offre un bel hommage à Agatha Christie et un petit clin d’œil à Lovecraft avec son mystère en chambre close dans Elémentaire, mon cher Poulpson !
  • Agathe Tournois nous propose une société où certains humains ont des dons qui peuvent les aider aussi bien à enquêter qu’à enfreindre la loi. Double jeu ou Double don ?
  • Julie Limoges nous plonge au cœur du Cas Percy Robert, une enquête d’autant plus sombre que le monde intangible est en noir et blanc. Prenez garde à votre apparence au moment de mourir !
  • Héléna Kent nous propose avec un style aérien et fantasy une aventure tout glace tout flamme et à couteaux tirés avec Colombe et les fleurs de lave.
  • Avec Le Pince sans rire, Andréa Deslacs vous précipite dans une enquête médicale : sans plaisanter, qui pour piloter ce vaisseau spatial si tout l’équipage est frappé par une épidémie de rire mortel ?
  • Dans Les Pétrophages d’Arabesque, Jonathan Myriel pose la question de la fidélité et du terrorisme à but écologique à travers une aventure rythmée.
  • Si l’examen des preuves et des suspects reposait sur les calculs d’une IA serait-on face à Un Criminologue presque parfait? Un huis clos signé Jonathan Grandin où l’erreur n’est pas possible ou c’est direct la case « prison ».
  • Mettez un peu de fantasy burlesque et d’accent du Sud dans vos enquêtes. Manu Breysse vous incite à suivre Le Fadet, l’Icorne et l’œuf d’or aux alentours d’Avignon (exclusivité numérique).
  • Didier Reboussin nous révèle les dessous de Blacksad, BD de Juan Diaz Canales et Juan José Guarnido. En interview, retrouvez Marlène Charine qui a été trois fois primée pour son triller fantastique Tombent les anges, aux éditions Calmann Levy. Ensuite, Marie Angel et Jonathan Thiébaut, adeptes de jeux de société, nous font découvrir quelques pépites sur le thème de l’enquête pour aiguiller vos soirées en famille ou entre amis. Enfin, retrouvez nos sélections de lecture sur le thème Inspecteurs et Détectives en SFFF. Pour finir, résoudrez-vous le mystère de la plume hallucinée qui rédige sans honte les délirantes Missives d’Etherval ? À vous de jouer !

Élémentaire mon cher Poulpson, Laetitia Beau

– Ah, vous voilà enfin ! s’exclama-t-il. Miss Marpoulpe, docteur, je suis bien aise de vous voir. Cette histoire est à n’y rien comprendre !
— Allons, dit Jane d’un ton apaisant, calmez-vous, inspecteur, et expliquez-nous donc de quoi il retourne.
— C’est sir Poulpington. Il a été assassiné, dans une pièce fermée de l’intérieur, figurez-vous ! Avec le médecin légiste coincé à l’autre bout de la ville à cause d’un terrible accident de cab, cette enquête démarre de façon désastreuse.
Le pauvre diable faisait peine à voir, ses luminescences pâlissant de contrariété et d’angoisse. Je m’avançai vers lui et posai un tentacule compatissant sur son épaule.
— Mon vieux Lespoulp, si vous êtes d’accord, je peux me charger des premières constatations médicales en attendant le légiste.

Double don, Agathe Tournois

La salle d’attente sentait fort la magie, preuve que la voyante méritait sa réputation d’extralucide hors pair. La pièce empestait également le mensonge, ce qui corroborait les dires du client de Ryls. Dame Séléné n’employait pas son don comme la loi l’autorisait.
Dans l’encadrement de la porte, elle fit signe à Ryls d’entrer. En frôlant la sexagénaire, le détective huma un parfum complexe. Duperie, orgueil et… une forte émanation de manigances qui cachait avec subtilité un désir de vengeance. La magie laissait des traces olfactives sur son passage. Les experts comme Ryls pouvaient en une fraction de seconde identifier ce qui avait motivé son utilisation. En général, les odeurs étaient composées d’une ou deux fragrances. Ryls n’avait jamais eu affaire à un cas comme celui-là. Sa curiosité prit le pas sur la procédure à suivre. Il retira la main de la poche de sa veste, y abandonnant son téléphone. Quelques minutes de plus ou de moins avant d’appeler la police ne pourraient pas faire grand mal.

Le Cas Percy Robert, Julie Limoges

Jack se dirigea vers la tente branlante montée à la hâte. Elle était dressée à une dizaine de mètres de la chaussée, sur un terre-plein dévalant vers le canal. Il y retrouva l’inspecteur Howard James, camouflé, comme à son habitude, dans son imper trop grand.
— Enfin ! tonna le vieux à la barbe de trois jours grisonnante. J’allais finir par moisir dans cette humidité.
Il chercha autour de Jack, peu sûr.
— Félicie, salua-t-il en hochant du chef au hasard. Elle est bien là, hein ?
Jack roula des yeux, avant de désigner la femme qui le dépassait d’une bonne tête.
— Vous n’allez pas l’un sans l’autre, comme toujours ! s’amusa Howard, son sourire cassé par la fatigue. Ça tombe bien, car ce boulot est pour vous.

Colombe et les fleurs de lave, Hélèna Kent

Odeur de chair brûlée. De fumée. De sang. Colombe plissa ses narines, rebutée par les effluves qui émanaient de la rue déserte à cette heure matinale. Le gnome qui la guidait se retourna et l’invita à le suivre d’une voix masquée par une étoffe grossière qu’il avait remontée sur son nez.
— Venez, enquêtrice ! Le patron n’est pas des plus patient.
Elle retint un sourire, la définition collait parfaitement au bongnome qu’elle entrevoyait plus loin. Elle officiait depuis plusieurs mois pour Oscarus. Grognon, roublard et un peu cupide, le légat demeurait un des rares gnomes à accepter les lutins. Il lui demandait de l’aide lorsque la magie tenait une place importante dans les affaires qu’il supervisait.

Le Pince sans rire, Andréa Deslacs

Alors qu’Ed voulait demander ce qui se passait exactement sur ce vaisseau, Arun ouvrit la porte de l’infirmerie. Dans la foulée, le tech bascula en mode transparent la paroi du premier box. Couché sur un brancard, le corps bardé de capteurs, un Galnesh à la peau auréolée de plaques rouges les fixait, éberlué. Le patient redressa ses doubles trompes et émit un tonitruant rire bi-ton à leur exploser les tympans malgré le double vitrage. Il se tordait sur son lit, se marrant à s’en rompre les côtes. Des alarmes s’ajoutèrent aux barrissements hilares.
— Docteur ? le supplia Arun. Sauvez-nous avant qu’on meure tous de rire ! Car on en a déjà perdu deux et on vient de recevoir un autre duo de clowns…

Les Pétrophages d’Arabesque, Jonathan Myriel

Quand Mildred sort du bar, un vertige la saisit brutalement. Une masse sombre, sans fin, écrase son champ de vision. Pas la moindre trace de ciel ou d’horizon. Elle vacille un instant, déséquilibrée par l’absence de repères, puis se souvient : elle est de retour sur Arabesque, dans le lit d’un immense canyon, si profond qu’un corps humain gagne quelques poignées de grammes entre le haut et le bas.
Une détonation a interrompu sa beuverie pour l’attirer dans la rue où les gens courent en tous sens, agités, mais modérément effrayés. Elle lève la tête. Son regard dépasse les bâtiments en métal mat et remonte les parois ocre du canyon. Juste avant le ciel, qui se résume à une mince ligne bleue, elle repère une large fissure auréolée de poussière. Scène classique sur la planète. Les publiparleurs annoncent déjà de leur voix stridente : « Éboulement dans Piano-Coco. Évacuation immédiate du canyon. Rejoignez l’abri le plus proche ».

Un criminologue presque parfait, Jonathan Grandin

Pieds et cou entravés sur le siège mobile, sous l’œil attentif de deux androïdes armés, j’attendis que la femme noire aux cheveux bleus de l’autre côté de la table se décide à prendre la parole. Hormis son tailleur de prix, elle n’avait guère changé depuis la dernière fois que je l’avais vue, cinq ans plus tôt. La presse la surnommait Susan Calvin, comme on aurait appelé Marie Curie une spécialiste des réacteurs nucléaires. Dans le civil, c’était Énora ; le professeur Énora Laîné. Elle semblait hagarde, choquée même ; elle chercha ses mots durant de longues secondes avant de révéler pourquoi elle m’avait sorti de ma cellule à trois heures et demie du matin.
— Astorius est mort, murmura-t-elle enfin.
Je me mordis la lèvre pour ne pas laisser échapper ce qui aurait pu passer pour un sourire. Astorius Kranz, le puissant PDG de Kransand, était l’homme qui m’avait envoyé en prison. Mon associé et mon ami, aussi, avant qu’il ne se mette à jurer ma perte. Il fut même un temps où j’étais le parrain de son fils unique.
— C’est gentil d’avoir pris la peine de m’annoncer ça en personne, la remerciai-je une fois l’information digérée, mais ça pouvait attendre le matin. Le vendredi, c’est pancakes, et ils n’en servent que ce jour-là. Tu m’excuseras auprès de sa femme si je ne viens pas aux funérailles.

Le Fadet, l’Icorne et l’œuf d’or , Manu Breysse (exclusivité numérique)

Cette fois, l’importun daigna s’arrêter.
— Excusez-moi, mon brave, auriez-vous croisé un attelage ?
Sortant de son buisson, Lou s’épousseta et observa l’animal, c’était un grand cheval blanc au pelage ivoire. Jamais Lou n’avait vu de robe aussi belle. Il resta immobile, en admiration béate, un long moment. Puis, sentant peser sur lui le regard interrogateur de l’animal qui semblait remettre en cause sa santé mentale, le fadet revint à la réalité.
— Hem… Il vient d’essayer de m’occire, dit-il, agacé. Il n’y a pas cinq minutes.
— Avait-il un œuf avec lui ?

Étherval, c’est aussi :

  • Un article de Didier Reboussin sur Blacksad, BD de Juan Diaz Canales et Juan José Guarnido.
  • Interview dez Marlène Charine, trois fois primée pour son triller fantastique Tombent les anges, aux éditions Calmann Levy.
  •  Article de Marie Angel et de Jonathan Thiébaut,  sur les jeux de société
  • Article sur le thème Inspecteurs et Détectives en SFFF.
  • Les Missives d’Etherval

Les contributeurs du numéro 18 : « Enigma » :

Auteurs : Laetitia Beau, Agathe Tournoi, Julie Limoges, Hélèna Kent, Andréa Deslacs, Jonathan Myriel, Jonathan Grandin, Many Breysse

Illustrateurs : Valery Blaise Thierry Clet, Diddha, Océane Ducrey, Marie Charlotte Granié (couverture), Koize, Gib Lebon, Thierry Nicolson, Anthony Oliveira, Armelle Le Golvan, Akikio Nagamatsu, Pixabay.

Articles : Didier Reboussin, Marie Angel et Jonathan Thiébaut, Andréa Deslacs.
Mise en page : Morrigan (PAO), Stéphane Lesaffre (PAO) A.D (papier, epub-mobi)
Correcteurs : Rachel Fleurotte,  Stéphane Lesaffre, Catherine Loiseau, Audrey Aragnou, Anna Combelles

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Numéro dix-huitième : Enigma”