N°13 : Alea jacta est (Chance et mauvaise fortune)

ETHERVAL 13 : Chance et mauvaise fortune

« Alea jacta est »

Sortie en octobre 2018

Notre sélection regroupe les textes de huit écrivains :

  • « Le jour où je faillis être reine », par Marc Séfaris
  • « Luck !t », par Mélody Gervais
  • « Une question de point de vue », par AD Martel
  • « Le Dernier serviteur », par Olivier Saraja
  • « Bonne étoile », par Stéphane Arnier
  • « Nation des merveille », par Cédric Zampini
  • « La Chance n’existe pas », par Elodie Bouchet
  • « Eschyle Mallory », par Julie Limoges

Pour ce numéro 13, comment choisir un autre thème que la Chance et la Mauvaise fortune ? Pas de superstition dans ce choix, juste une envie de crier haut et fort, après 14 numéros (n’oublions pas notre Etherval 0 bis) et 7 ans de publications : contre vents et marées, au défi des aléas, nous sommes toujours là! Avec chaque année de plus en plus de lecteurs, des illustrateurs fidèles et des auteurs talentueux qui, de publication en publication, gagnent en notoriété. Quelle chance que toutes ces rencontres !

Dans ce numéro, tout un éventail d’aventures s’offrira à vous pour vous emmener du drame au rire, de la réflexion à l’action.

     Marc Séfaris nous présente une héritière royale qui nous raconte « Le jour où je faillis être reine ». Reléguée à un rang inférieur, pourra-t-elle reconquérir son trône grâce au jeu de Schûl et à son champion?
Mélody Gervais a inventé l’application « Luck !t » qui permet de calculer les risques quotidiens de chacun et coordonner les actions des abonnés. Aujourd’hui, subirez-vous les foudres du destin pour favoriser la chance d’autrui ?
Le seigneur des lieux est né sous la malédiction d’une corneille, quoi de pire ? Peut-être de devoir lui servir de page lors d’une quête désespérée ? Tout est « Une question de point de vue », nous prévient AD Martel.
La fortune tombe du ciel sous la forme de météorites magiques au prix inestimable. Le clan de Stéphane Arnier mènera-t-il son pillage, guidé par une « Bonne étoile », avant que les autorités n’interviennent ?
« Le dernier serviteur » de la déesse de la chance, assassinée récemment, s’est donné comme mission de défier le dieu du chaos. Olivier Saraja lui accordera-t-il assez de chance pour mener un tel exploit ?
Personne ne rate une nouvelle émission du top-show « Nation des Merveilles », produit par Cédric Zampini et les entreprises Ferolux. Ce mois-ci, on peut même gagner un casque virtuel capable de vous faire croire au retour d’un être aimé disparu. Téléphonez si vous voulez être sélectionné !
« La Chance n’existe pas », nous dit Élodie Bouchet. Ne serait-elle en effet que statistique et mathématique ? Prouvera-t-elle que les lois des probabilités règnent sur les casinos, même ceux des lointaines galaxies ?
Julie Limoges pousse « Eschyle Mallory » à accepter un bien étrange travail : utiliser sa poisse légendaire pour mettre à bas les entreprises de transport concurrentes à la sienne. Survivra-t-il aux catastrophes qu’il provoque et pour quelle vie, au final ?
À ces nouvelles s’ajoutent un article sur ces héros qui sont les jouets ou les favoris de Dame Chance, ainsi qu’un hommage au dessinateur Greg et les indéfinissables missives d’Etherval.

Le jour où je faillis être reine, Marie Séfaris

Pourquoi te tenir à distance, étranger ? À cause des carcasses de mouettes malodorantes que je grignote, accroupie sur mon rocher ? Ou de mes cheveux entortillés et sales, éparpillés sur mon crâne comme des algues grises ? Tu déduis de mes haillons ma grande misère. Sur ton visage, le dégoût le dispute à la pitié. Si, au lieu de cela, tu avais le courage de t’approcher pour me demander qui je suis vraiment, je te répondrais : je suis Sinessa, la dernière des Psoluccio. Noble fut ma naissance, royale devait être ma destinée.

Luck !t, Mélody Gervais

Le soleil tape fort sur la mégalopole sud-africaine. À son zénith, il caresse passants et bitume avec le même acharnement. Le thermomètre frôle les quarante-cinq degrés et la chaleur ondule paresseusement sur le goudron poussiéreux de Johannesburg. Adossée à son fourgon, Daymé regarde un gamin traverser Albertina Sisulu Road. Il poursuit son ballon sans trop se soucier du reste du monde ; le bracelet connecté à son poignet émet une musique répétitive, rythme son jeu de jambes le long de la chaussée. Daymé l’observe de loin et se demande s’il va finir par se faire renverser. Dans son dos, le métal de l’Iveco lui brûle les omoplates.
Une vibration à sa ceinture la rappelle à elle. La jeune femme attrape son smartphone et débloque l’App d’un coup de pouce. Lettres rose néon sur fond bleu : le sigle de Luck !t clignote avec insistance sur son écran. Elle esquisse un sourire : cette petite merveille de technologie est à la fois une bénédiction et un danger ; son employeur, aussi.

Une question de point de vue, AD Martel

Aussi l’enfant grandit-il serti de malchance : laid au possible, pas très intelligent, sa croissance sembla s’interrompre vers l’âge de douze ans. Ses nombreuses chutes aplatirent définitivement son nez, dont le bout penchait légèrement vers la droite. Lorsqu’une catastrophe survenait au château, on savait le jeune Hubert jamais bien loin. Pourtant, il ne manquait jamais d’optimisme et de bonne volonté. Si ce n’était la corneille, sa vie avait bien commencé : quoi de plus chanceux que de naître noble ? Quoique… Non, je n’en dirai pas plus. Jugez-en plutôt par vous-même.
Si Hubert n’était pas né dans des draps de soie, jamais il n’aurait reçu d’invitation royale, jamais ses yeux hétérochromes ne se seraient animés de cette flamme de volonté, souvent présage d’une catastrophe en devenir. Car, plus Hubert voulait bien faire, plus les conséquences étaient désastreuses.

Le Dernier serviteur, Olivier Saraja

Mwanba était le dernier serviteur de Dokkå, déesse de la Chance. Tout semblait aller de travers depuis qu’elle avait été assassinée par son propre fils, Kuntåli. Ce dernier, monstre divin et seigneur de l’Entropie, avait aussi éliminé, exilé ou asservi la plupart des autres divinités du Panthéon rakkanien pour asseoir sa domination sur l’univers. Depuis, lorsque deux possibilités survenaient, seul le pire scénario se concrétisait. Il en résultait ainsi toujours plus de chaos et de désordre. La nation de Rakkan avait depuis été dévastée par des tremblements de terre successifs. Une faille insondable défigurait ses savanes. Des étoiles avaient chuté du firmament pour embraser champs et forêts. L’un des quatre Géants qui portaient le Monde s’était rebellé contre Kuntåli, avant que ses propres frères ne le mettent en pièces. L’univers entier semblait désormais bancal et échappait, en toutes saisons, à la douceur des rayons du soleil.

Bonne étoile, Stéphane Arnier


Lorsqu’une étoile tombe, ça fait un sacré barouf, quand même. Notre pays se vérole de cratères et ne survivrait pas à une grêle plus drue.
Alors, c’est vrai, c’est notre moyen de subsistance ; d’accord, mes gars et moi passons notre vie à les attendre, le nez en l’air. On piaffe d’impatience des saisons entières, on se morfond comme des déshydratés dans le désert. Pour un peu, quand on apprend l’imminence d’une chute, on chanterait presque les louanges des moines de l’Astronomicae. N’empêche : une tombée d’étoile, ça n’arrive qu’une ou deux fois la décade, Ciel Merci.

Nation des merveilles, Cédric Zampini

Depuis vingt ans, je tourne en rond.
— Que feriez-vous si vous pouviez tout avoir ? La chance va-t-elle venir toquer à votre porte ? Remporterez-vous ce dont vous rêvez depuis toujours ? Obtiendrez-vous enfin de quoi transformer votre vie et devenir un autre ? Alors ce soir, n’oubliez pas de participer au jeu des merveilles ! Le lot principal rendra jaloux tous vos voisins ! Ce soir, l’heureux gagnant ne remportera rien de moins qu’un elsewhere !
Mon cœur bat la chamade lorsque le casque blanc apparaît à l’écran. J’en fais tomber ma canette de bière sur le tapis. Je saisis mon téléphone.
Ce soir, il faut être sélectionné. Et gagner.

La chance n’existe pas, Elodie Bouchet

Je me conformai docilement aux instructions et regagnai ma cabine avant de me sangler sur le large fauteuil qui faisait face à la console interactive. J’en profitai pour afficher de nouveau le message de l’inspecteur Vnargh Tallgr. Autant m’assurer que j’avais tous les détails de ma mission en tête.

Mon collègue avait rédigé un rapport clair et concis, comme à son habitude. La division de la répression des fraudes namarrlite avait ouvert une enquête de détournement de fonds concernant le casino du spatioport. L’établissement avait installé depuis peu une nouvelle attraction, baptisée CLARA, dont les chiffres laissaient penser qu’elle était truquée. Ses recherches piétinaient cependant. En cause : le manque de coopération du directeur, un dénommé Jean Balmy qui bénéficiait de relations haut placées au sein de la Fédération. Mes collègues ne pouvaient pas l’inculper officiellement sans un deuxième avis extérieur incriminant. Ils m’avaient donc demandé mon assistance.

Eschyle Mallory, Julie Limoges

Je suis venu vous proposer un emploi.
— Je n’ai pas besoin d’emploi, grimaça Eschyle.
— Ce n’est pas ce que disent vos créanciers. Et encore moins votre ex-femme.
Eschyle lâcha un rire mauvais.
— Elle est partie le jour où le ballon d’eau chaude a traversé le sol de la salle de bain pour rejoindre la plus proche banlieue orbitale.
— Je suppose qu’elle était dans la pièce, vu la somme qu’elle vous réclame ?
Eschyle hocha la tête :
— J’en viens à regretter qu’il n’ait pas emmené la partie de la baignoire où elle se trouvait…
— Comment allez-vous la payer ?

Étherval, c’est aussi :

  • Un article sur la Bonne fortune et la malchance, par Catherine Loiseau, Audrey Aragnou et Rachel Fleurotte
  • AOC 50 et interview de Christophe Olry
  • Greg et L’homme aux trèfles, par Didier Reboussin
  • Des pages de détente :  Quizz et Missives d’Etherval

Les contributeurs du numéro 13 : « Alea jacta est »

Auteurs : Marc Séfaris, Mélody Gervais, AD Martel, Olivier Saraja, Stéphane Arnier, Cédric Zampini, Elodie Bouchet, Julie Limoges
Illustrateurs : Alexperiment, Thomas Convers, Marie Charlotte Granié, Aurélie Genêt, Pierre Gonzales, Iwa, Léa Cluzel, Anthony Oliveira, Thierry Nicolson, Océane Richard
Articles : Andréa Deslacs, AF Lune, Chriss Apadémak
Mise en page : Morrigan (PAO), Audrey (PAO) A.D (papier, epub-mobi)
Correcteurs : Rachel Fleurotte, Hermine Lefevbre, Stéphane Lesaffre

Ce numéro vous intéresse ? Il SERA Bientôt disponible en boutique
en papier (8€) et en numérique (3€)