N°16 : Fabula (Fables et contes)

ETHERVAL 16 : Fabula

Sortie prévue le 1 mai 2020 (numérique) et 30 mai (papier)

Notre sélection regroupe les textes de neuf écrivains :

  • « La Montagne des rêves », de Donald Tiger
  • « Fabuleuse », de Catherine Loiseau
  • « Les Trois plumes », d’Alisée Cambier
  • « L’Ombre noire », de Mémoire du Temps
  • « Le Ver à soie », de Lola de la Pervenche
  • « Passereau », de Guillaume Laffineur
  • « Ceux que l’on n’a jamais contés », de Marie Angel
  • « La Diaphonie des couleurs », de Jonathan Tchernooussoy
  • « L’enfant des dunes », de Nancy Canet
  • « L’Enfant jetée aux loups », d’A.J Lachance

Les contes et les fables ont bercé notre enfance. Ces récits ont souvent été notre premier contact avec l’objet « livre », avec ses textes, mais aussi ses illustrations. Il s’agit aussi d’un moment de partage entre générations : parents et enfants, quand ce n’est pas les grands-parents qui se prêtent à la lecture, ou ce quatrième âge un peu fatigué qui retrouve alors son émerveillement d’enfant.
Au-delà des histoires fabuleuses de princes et de princesses, ou des animaux amusants aux comportements humains, ces récits portent souvent un message. Leur morale est teintée de valeurs issues de la société pour laquelle elle a été écrite, elles reflètent aussi des époques. Ces histoires sont un vecteur très juste pour nous faire réfléchir sur notre façon de vivre avec les autres ou de se comporter vis-à-vis de la nature. Car, souvent, les contes et les fables comportent un second sens, lequel ne se réalise qu’avec les années qui passent et l’esprit qui s’affine.
Ainsi,

    • Donald Tiger nous plonge dans un conte africain, où trois frères sont prêts à relever les défis de La Montagne des rêves, mais pour quelles motivations ?
    • Catherine Loiseau nous convie à une partie de cartes magiques entre rivales pour déterminer qui sera la plus Fabuleuse d’entre elles.
    • Les Trois plumes d’Alisée Cambier permettront-elles de tirer le prince de Bagdad de son ennui ?
    • Mémoire du temps, dans la grande tradition littéraire, entrelace de façon unique des fables au-dessus desquelles plane L’Ombre noire.
    • Le Ver à soie est une nouvelle ardéchoise pleine de douceur sous la plume bienveillante de Lola de la Pervenche. Prenez soin de la nature pour qu’elle vous rende ses bienfaits.
    • Tendez l’oreille, le Passereau de Guillaume Laffineur vous conte un récit de pouvoir, d’illusion, de triomphe et de solitude à travers la mélopée d’un piano.
    • Ceux que l’on n’a jamais contés  attendaient Marie Angel pour connaître la gloire d’une mission nordique et épique, choisie par la Baba Yaga.
    • Dans la Diaphonie des couleurs, Jonathan Tchernooussov a bâti une société inédite d’êtres de pigments. Seront-ils primaires, complémentaires ou monochromes ?
    • Nancy Canet nous emporte à travers un conte oriental touchant afin de briser la solitude de L’Enfant des dunes.
    • A.J. Lachance nous renvoie aux origines des contes avec L’Enfant jetée aux loups : mettre en garde les plus jeunes contre les prédateurs de notre société.
    • Découvrez aussi une BD historique aux personnages anthropomorphes, signée Calvo et Dancette, et décryptée par Didier Reboussin. Apprenez-en plus sur le Réalisme magique sud-américain grâce à Audrey Aragnou. Lancez-vous dans la quête lapinesque du récit interactif de Pierre Sensfelder. Répondez brillamment à notre quizz. Choisissez pour les jeunes et nos aînés des contes inédits publiés chez Marge Éditions ou chez Nats Éditions. Et n’oubliez pas nos Missives d’Etherval, qui plus qu’un conte sont une légende à elles seules.

La Montagne des rêves, Donald Tiger

Là où est ton trésor, là aussi se trouve ton cœur. Voici l’histoire de trois frères qui firent le même rêve, mais qui n’avaient pas le même cœur. Non pas qu’il fût noir pour l’un, blanc pour l’autre et gris pour le dernier. Les nuances du cœur humain sont plus subtiles que cela. Ce sont ses désirs profonds qui le peignent, ce qui explique sans doute cette diversité de tons de leurs chefs-d’œuvre mortels. […]

Là-haut, il y a un manguier gigantesque et plusieurs fois millénaire, qui produit des mangues dorées. Un singe au visage d’homme vit sur ses branches, et il enjoint tout un chacun qui parvient jusque-là de se prosterner devant l’arbre de la Connaissance et de lui poser une question. « Pour chaque question qui tiraille ton cœur ici-bas », dit-il, « un fruit y répond, mais gare à celui qui en mange deux, il aura réponse à toutes les questions de ce monde-ci et de celui de l’au-delà ».

Fabuleuse, Catherine Loiseau

Mes parents m’ont toujours interdit d’aller jouer dans l’usine désaffectée. Jusqu’à ce jour, je leur ai obéi. Je n’aime pas cet endroit qui s’élève près de notre maison, au bout d’une impasse. C’est sale et ça sent très mauvais là-dedans.
Aujourd’hui, je n’ai pas le choix.
Aujourd’hui, je n’ai pas le choix.
Je regarde la porte de métal qui s’ouvre devant moi. D’une main tremblante, je vérifie le message sur mon portable, pour la centième fois au moins.
« J’ai ton frère. Si tu le veux, viens le chercher à la vieille usine ». Il est signé Aurore.
Elle a David, mon idiot de petit frère que je devais surveiller alors qu’il jouait au ballon dans la rue. J’ai préféré lire et dessiner et il a disparu. Si je rentre sans lui, ma mère va me tuer ! Sans compter qu’il faudra que je lui explique comment une fille de mon club a réussi à embarquer David sans que je remarque rien. Bon sang, je suis dans le pétrin !

Les Trois plumes, Alisée Cambier

Il était une fois, dans le royaume de Bagdad, un jeune prince capricieux qui mourait d’ennui. Rien ne parvenait à le distraire, ni les jeux, ni les danses, ni la chasse. Il semblait indifférent à tout, jusqu’au sort de son propre pays. Il n’assistait pas aux réunions de ses ministres, ne participait pas aux audiences du peuple et n’avait pas l’air de maîtriser l’art de gouverner.
Son seul espoir était de trouver un jour quelque chose qui puisse le divertir mais avec les années, cet espoir n’avait laissé derrière lui qu’une profonde mélancolie qui le rendait amer et apathique. Il envoyait ses hommes les uns après les autres à la recherche d’un amusement inespéré, puis il les châtiait sans pitié, car jusqu’ici, personne n’y était parvenu.

L’Ombre noire, Mémoire du Temps

Naître corbeau, sur un arbre perché de surcroît, ne prédispose guère à la modestie de mauvais aloi. Dame Rainette batifolait par petits sauts au pied du saule où se trouvait le corvidé. Elle se souvenait de la gageure avec ses amies : « Tu n’oseras jamais ! » Il s’agaçait de ce manège typique, cadencé par le « on me voit, on ne me voit plus, et on me revoit, hop disparue… » conséquent de l’herbe haute. Incessant, le mouvement prit fin lorsque le batracien avisa l’oiseau sur la branche et s’approcha de sa chaire.
— Coucou Maître Corbeau, coassa la grenouille, vous guettez ?
— Non, Dame Rainette, croassa le freux, j’attends ma fiancée.
— En retard, je suppose ?
— Comme souvent, hélas.
— Est-ce un cadeau ce petit paquet posé, précaire, à votre droite ?
— Oui, pour elle.
— Laissez-moi deviner… à l’effluve… un fromage ?

Le Ver à soie, Lola de la Pervenche

Cette histoire étonnante se déroule une belle futaie ardéchoise où le temps s’écoule paisiblement !
Deux peuples, aussi dissemblables que possible par leurs coutumes et leurs manières de vivre, s’y côtoyaient sans que leurs différences nuisent à l’harmonie de cet endroit magique.
Cette région était l’habitat des Pluvioses, qui se plaisaient dans la partie la plus sombre et la plus touffue, mettant à profit chaque goutte de pluie, et des Caliéros, qui, eux, préféraient l’orée de la forêt et profitaient au maximum des rayons du soleil.
Une frontière symbolique séparait ces deux territoires où Lulu, un petit ver à soie se nourrissait de feuilles de mûrier. Il était arrivé par hasard avec ses proches, lors d’un périple à bord d’une charrette.

Passereau, Guillaume Laffineur

Il était une fois un homme que les gens de sa contrée appelaient « Passereau ». Néanmoins, avant d’hériter de ce surnom, cet homme avait longtemps été connu sous bien d’autres noms.
Ceux qui l’avaient fréquenté durant sa jeunesse admiraient ses qualités car, voyez-vous, c’était un garçon charmant, brillant, et qui débordait – à juste titre – de grandes ambitions. Malgré son âge, on racontait qu’il avait entrepris maints voyages, par-delà les mers, au-delà des océans, à travers une multitude de régions lointaines et exotiques, en quête de savoir. Bien avant que ses compatriotes ne lui attribuent son surnom, Passereau brûlait d’une passion dévorante pour la musique. La nature l’avait doté d’un talent sans pareil pour le piano ; lequel constituait, selon lui, l’instrument le plus noble et le plus expressif de toute la création. Aussi notre jeune musicien était-il constamment à la recherche de nouveaux maîtres et de nouvelles techniques afin de parfaire sa vocation.
Or, un jour, tandis qu’il rentrait tout juste de voyage dans la contrée de ses pères, lui arriva cette histoire.

Ceux que l’on n’a jamais contés, Marie Angel

Comme dans toute demeure qui se respecte, un domovoï résidait là, dans une alcôve aménagée sous le massif poêle en brique. Si l’on se montrait vigilant, on pouvait discerner ses deux prunelles qui luisaient dans l’obscurité, telles des braises échappées du foyer. Depuis qu’il avait élu domicile chez la sorcière, Lyov en avait vu défiler des Vassilissa la Très Sage, des Hélène la Belle ou des Ivan fils de Tsar. L’être-fée domestique rêvait plus que tout de partir à l’aventure avec eux. Alors, la petite créature velue se tenait dans l’ombre de la réserve à bois, un sourire crispé perdu au milieu de sa barbe fournie. Cela lui donnait un air nigaud, mais peu importait. Ses mains faisaient des va-et-vient entre ses cheveux indisciplinés et sa tunique de laine brodée. Il attendait ainsi, espérant qu’un héros le remarque ou que la vieille Yaga le désigne pour accompagner un brave.

La Diaphonie des couleurs, Jonathan Tchernooussov

Le peuple blanc était aux abois. L’assimilation semblait inéluctable lorsque Blanc, unique et fondateur, sortit pour parlementer. Il était convaincu que la paix restait possible et qu’il pouvait sauver, par les mots, son peuple de l’anéantissement. Derrière sa muraille, il proposa une trêve à son homologue sombre.
— Noir ! lança-t-il sans trop s’exposer. Arrêtons cette folie. Cette guerre est inutile. Essayons de vivre en harmonie, d’apprendre les uns des autres. Ensemble, nous serons plus forts !
Le chef adverse s’avança au milieu de ses compères, empreint d’un sentiment de force à nul autre égal. La victoire lui tendait les bras et cette vaine tentative de paix le faisait doucement glousser.

L’Enfant des dunes, Nancy Canet

Afin d’échapper un peu au terrible accablement qui pesait sur son foyer depuis plusieurs jours, Isham, le cœur serré, se rendit au sommet de la plus haute dune. Il ne supportait plus de voir sa femme dans un tel état de misère et d’affliction. Alors, agenouillé dans le sable, il pleura longuement et se libéra de tout ce chagrin. Chacune de ses larmes disparut, aspirée par les cristaux de sable. À un moment donné, Isham sentit le sol se dérober sous ses mains. Une forme apparut. Au début, il n’en crut pas ses yeux. Puis, après avoir essuyé son visage d’un revers de manche, il découvrit une boule. On aurait dit un doigt, puis une main minuscule ou plutôt deux poings serrés et enfin une tête. Quand le prodige prit fin, il réalisa qu’à ses pieds, reposait un nourrisson.

L’Enfant jeté aux loups, A.J. Lachance

Qu’elle était jolie, la petite sacrifiée ! Ses parents l’avaient bien préparée, l’avaient bien élevée, comme le veut la société. Pourtant, ils feignaient d’ignorer à quel cruel destin ils l’avaient livrée. Ah ! Ignorance ! « Je t’aime tant, mon enfant. Sois jolie, mon enfant. Sois douce et bien mise, polie et serviable. Alors, peut-être, les loups t’aimeront. Ils t’aimeront et accepteront de continuer à nous protéger.
Mon enfant, ma fleur, ma petite opale, comme tu es charmante et docile. Une enfant parfaite, choyée. Berçons-nous dans l’ignorance : les loups ne sont pas aussi méchants que les contes veulent te le faire croire. »
Yeux de biche, cheveux de soie, peau de velours et voix d’ange. Ma douce et tendre enfant, comme tu seras délicieusement agréable pour les loups…

Étherval, c’est aussi :

  • Un article BD par Didier Reboussin sur La Bête est morte, de Calvo et Dancette
  • Le Réalisme magique et sémantique, d’Audrey Aragnou
  • Le récit interractif Le Trésor de brume, de Pierre Sensfelder.
  • Présentation des maisons d’éditions Marge Editions et Nats Editions
  • Des pages de détente :  Quizz et Missives d’Etherval

Les contributeurs du numéro 16 : « Fabula »

Auteurs : Donald Tiger, Catherine Loiseau, Alisée Cambier, Mémoire du temps, Lola de la Pervenche, Guillaume Laffineur, Marie Angel, Jonathan Tchernooussov, Nancy Canet, A.J. Lachance
Illustrateurs : Thierry Clet, Thomas Convers, Sarah Feruglio, Marie Charlotte Granié, Koize, Takecare, Océane Richard, Audrey Aragnou, Armelle Le Golvan, Julie Limoges, Pixabay

Articles : Didier Reboussin, Audrey Aragnou, Andréa Deslacs, Pierre Sensfelder.
Mise en page : Morrigan (PAO), Audrey Aragnou (PAO) A.D (papier, epub-mobi)
Correcteurs : Rachel Fleurotte, Hermine Lefevbre, Stéphane Lesaffre

Ce numéro vous intéresse ? Il sera bientôt disponible en boutique en papier (9€) et en numérique (3€) !